Les déficiences
Les tests
 
Introduction
En France
En Europe
Dans le monde
Quelques dates
 
Introduction
Les procès d'Arthur Pape
Article de ASEM 05/2003
Article de ASEM 05/2005
 
Glossaire
Livre d'or
Contacts
Liens


 
 

L'article de"Aviation, Space, and Environmental Medicine" paru en Mai 2005

Les résultats d'une étude publiée par "Aviation, Space, and Environmental Medicine" en Mai 2005 remettent en cause les tests de vision des couleurs actuellement imposés aux pilotes.

1. Etude

Cette étude a été menée dans le cadre d'un projet initié et financé par l'autorité de l'aviation civile du Royaume-Uni qui vise à réviser les critères de vision des couleurs imposés aux pilotes professionnels.
Elle porte sur la comparaison des différents tests de vision des couleurs utilisés pour les pilotes en Europe.


2. Résumé

L'article original est disponible gratuitement ici.
Voici une traduction de son résumé :

Une comparaison des résutats obtenus avec l'anomaloscope de Nagel et les lanternes de Holmes-Wright type A, Spectrolux, et Beyne a été entreprise.
Les normes des JAA spécifient les critères de réussite ou d'échec à ces quatres tests secondaires de vision des couleurs ainsi qu'au test d'Ishihara. Les résultats d'un groupe d'individus soumis à ces 5 tests ont été étudiés.

Méthodes : la vision des couleurs de 55 daltoniens et de 24 non-daltoniens, pour la plupart aspirants pilotes, a été diagnostiquée à l'aide d'une batterie de tests, dont les planches d'Ishihara, l'anomaloscope de Nagel et les trois lanternes. Les protocoles de tests et caractéristiques des lanternes et de l'anomaloscope ont été comparés.

Résultat: sur l'ensemble des daltoniens, seul les deutéranormaux ont réussi plus d'un des quatres tests secondaires définis par les JAR, mais la réussite à l'un des test n'induisait pas forcément la réussite à un autre test. 3 des 9 protéranormaux ont réussi l'anomaloscope de Nagel mais échoué aux 3 tests des lanternes. Sur les non daltoniens, 12 ont échoué à l'anomaloscope et 12 ont échoué au test de la lanterne de Beyne.

Conclusion : Les raisons des échecs/réussites aux tests peuvent être attribués à de nombreux facteurs autres que la perte de sensibilité chromatique. Certains non-daltonien peuvent échouer à la fois au test d'Ishihara et aux tests secondaires. Les tests secondaires approuvés varient selon les pays et le résultat de l'examen médical réglementaire dépend du test de couleur utilisé. Etant donné que les conséquences sur la sécurité aérienne de cette situation courante ne peuvent être ignorées, le développement d'une technique moins aléatoire pour l'évaluation de la vision des couleurs et acceptée internationnalement, couplée à une meilleure compréhension des aptitudes requises concernant la vision des couleurs, est requise.


Site de "Aviation, Space, and Environmental Medicine"



http://www.pilote-daltonien.com