Les déficiences
Les tests
 
Introduction
En France
En Europe
Dans le monde
Quelques dates
 
Introduction
Les procès d'Arthur Pape
Article de ASEM 05/2003
Article de ASEM 05/2005
 
Glossaire
Livre d'or
Contacts
Liens


 
 

L'article de"Aviation, Space, and Environmental Medicine" paru en Mai 2003

Une étude publiée par "Aviation, Space, and Environmental Medicine" en Mai 2003 s'interroge sur la pertinence des tests de vision des couleurs imposés aux conducteurs des véhicules évoluant au sein des aéroports.

1. Etude

Le but de cette étude était d'examiner dans quelle mesure les daltoniens sont capables d'effectuer des taches nécessitant l'identification de couleurs du type de celles rencontrées sur un aéroport et de déterminer si les tests médicaux couramment utilisés pour évaluer leur vision des couleurs permettent réellement de prédire leur capacité à effectuer ces taches en conditions réelles.
Elle faisait suite à une reconnaissance croissante que les normes actuelles de vision des couleurs n'étaient pas toujours adaptées à la réalité. En conséquence de quoi l'OACI avait récemment retiré ses normes de vision des couleurs pour les pilotes privés volant en VFR.
Dans le cadre de cette étude, il a été choisi de se focaliser sur le métier des conducteurs des véhicules évoluant au sein de Aéroport International d'Hong Kong.


2. Résumé

L'article original est disponible gratuitement ici.
Voici une traduction de son résumé :

Le test des tables pseudo-iso-chromatiques (par exemple, le test d'Ishihara) est le test couramment utilisé pour évaluer la vision des couleurs. Lorsqu'ils échouent à ce test, les candidats sont généralement soumis au test de la lanterne de Farnsworth pour déterminer leur capacité à effectuer des taches nécessitant une vision normale des couleurs. Nous voulions déterminer dans quelle mesure les tests médicaux peuvent prédire la capacité à nommer les couleurs en condition réelle, particulièrement dans le cas des conducteurs de véhicules évoluant sur l'aéroport.

Méthodes : 24 sujets masculins ayant une déficience de vision des couleurs, selon le test d'Ishihara, ont participé à cette étude. Ils ont été ensuite évalués à l'aide des tests D-15 et de la lanterne. Tous les sujets ont ensuite participé à deux épreuves de nommage des couleurs. Ces épreuves consistaient à nommer des surfaces colorées et des lumières colorées du type de celles utilisées sur l'Aéroport International de Hong Kong.

Résultats : Sur les 24 sujets, 15 ont échoué à la fois aux tests du D-15 et de la lanterne. En tout, 8 ont échoué aux épreuves de nommage des couleurs. Le test de la lanterne de Farnsworth a montré une très bonne conformité (87,5%) au test d'Ishihara. Comme le test d'Ishihara, le test de la lanterne de Farnsworth a une sensibilité de 100% dans l'identification des sujets qui ont échoué aux épreuves de nommage. La conformité entre le test d'Ishihara et celui du D-15 était de 62,5%.

Conclusion : En accord avec des études précédentes, nos résultats ont montré que les test médicaux ne pouvaient pas prédire précisemment qui échouerait à nommer les couleurs normalement rencontrées dans l'environnement de travail réel. La grande proportion d'échecs aux tests médicaux par rapport aux épreuves de nommage des couleurs laisse penser que les daltoniens n'ont pas vraiment de véritable opportunité de prouver leur capacité réelle à effectuer ce travail.


Site de "Aviation, Space, and Environmental Medicine"



http://www.pilote-daltonien.com